Avec l’épidémie de Covid-19, y a-t-il un risque d’annulation du jeûne du mois de Ramadan ?

Avec l’épidémie de Covid-19, y a-t-il un risque d’annulation du jeûne du mois de Ramadan ?

Posted by on Mar 28, 2020 in France

Avec l’épidémie de Covid-19, y a-t-il un risque d’annulation du jeûne du mois de Ramadan ?

“Ô vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit tout comme il a été prescrit à vos devanciers, afin que vous adoptiez la piété”, verset 184, sourate 2 (Al Baqara).
Les musulmans sont entrés ce lundi 30 mars 2020 dans le mois de Chaabane (huitième mois du calendrier islamique), mois saint précédant celui du Ramadan 2020. Mais en pleine crise de Covid-19, leurs habitudes religieuses (le jeûne, les prières, etc.) et leur quotidien se retrouvent entièrement chamboulés, bouleversés.
Depuis la mise en place du confinement, le 20 mars 2020, le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, a appelé à annuler les prières du vendredi – ṣalāt al-jum'ah ; obligatoire pour tout musulman pubère – dans les mosquées. Quatre jours plus tard, les mosquées de France (Grande Mosquée de Paris, Mosquée d’Évry-courcouronnes, Grande Mosquée de Lyon, etc.) ont fermé leurs portes.

Le Conseil Français du Culte Musulman – ayant vocation à représenter les musulmans de France – a néanmoins appelé les imams à “tripler d’efforts afin d’accompagner les croyants dans leur vie spirituelle”. Comment ? Principalement via “des enregistrements vidéo ou audio” diffusés sur les réseaux sociaux.

Le Conseil Français du Culte Musulman donne des instructions pour vivre le mois de Ramadan en temps de confinement
Cette année, le mois d’avril est chargé en fêtes religieuses, avec principalement la Semaine Sainte et la Pâque juive pour les catholiques et les Juifs.

Pour les musulmans, le calendrier sera aussi important vu que le Ramadan, mois sacré de l’Islam, devrait débuter le vendredi 24 avril.

La fermeture des lieux de cultes ainsi que l’interdiction de tout rassemblement de plus de cinq personnes durant la période du confinement, qui risque de se prolonger pendant des jours, des semaines, voire des mois, entraîneraient éventuellement la suspension de plusieurs activités du Ramadan dans leurs formats habituels. Donc, les fidèles devraient effectuer leur jeûne dans des conditions spécifiques. Une situation très difficile à vivre pour tous les musulmans.
“Le confinement et l’épidémie de coronavirus ne sont pas un frein à la pratique du jeûne. Ramadan ne sera pas reporté ou annulé. Et même dans l’incapacité de participer aux prières collectives et confinés chez eux, les fidèles ne seront jamais abandonnés par les autorités religieuses”, précise Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte musulman.