Municipales au temps de la Coronavirus : plusieurs maires présents durant le premier tour sont morts

Posted by on Mar 30, 2020 in Economie

Municipales au temps de la Coronavirus : plusieurs maires présents durant le premier tour sont morts

Selon le candidat à la mairie de la liste « J’aime Villefranche », Jean-Pierre Mangiapan, au moins deux maires qui ont participé au premier tour controversé des élections municipales qui a eu lieu le 15 mars dernier malgré la propagation continue de la maladie Covid-19, sont décédés du virus. En outre, nombreux participants et assesseurs au scrutin ont affirmé qu’ils sont tombés malades. Tandis que la maladie considérée par l’OMS comme une pandémie, continue ses ravages dans l’hexagone, plusieurs élus ne sont pas épargnés.

Les élections municipales au temps de la Covid-19

Après l’annonce du président de la République la décision du confinement sur tout le territoire de l’hexagone, le 16 mars dernier, un jour après le déroulement du premier tour des élections municipales et malgré les multiples mesures de prévention prise au cours de ces élections, deux maires sont décédés de la maladie. Selon, le conseiller de l’opposition à Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, le premier est le maire de Beurey-Bauguay (Côte-d’Or), Jacques Lajeanne, qui a commencé à ressentir les symptômes de la maladie, un semaine après avoir participé au premier tour des élections municipales dans sa commune. Le maire sortant qui a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat, était encore en poste suite aux conditions particulières qu’est en train de subir la France. Il est décédé à l’hôpital de Dijon, durant la nuit du 25 au 26 mars, selon son premier adjoint qui est aussi malade du Covid-19.
D’après son adjoint, le maire avait très souvent rendu visite à sa femme atteinte du virus à l’hôpital qui est décédée quelques jours après son mari.

Le maire de Saint-Nabor est décédé

François Lantz, le maire de Saint-Nabor, dans le département du Bas-Rhin, a aussi succombé au Covid- 19, le 27 mars dernier. En outre, deux de ses adjoints sont également porteurs de la maladie. Selon son premier adjoint, Régis Muller, les trois fonctionnaires de la mairie ont ressenti les symptômes, le lendemain du premier tour des élections municipales. La contamination a été effectuée quelques jours avant le 15 mars pense le premier adjoint de François Lantz.
Ce premier tour, qui a été critiqué par plusieurs candidats à cause de son taux d’abstention record, est toutefois, maintenu selon la décision du gouvernement.

Read More »

L’emploi des jeunes : potentiel et défi

Posted by on Nov 6, 2019 in Economie

L’emploi des jeunes : potentiel et défi

L’Organisation Internationale du Travail joue un rôle international majeur en faveur de l’emploi des jeunes.
Le défi que représente l’emploi des jeunes est généralement lié à la situation globale du marché du travail, mais ses aspects propres appellent des mesures spécifiques. Il est donc essentiel de maximiser le potentiel offert par les jeunes travailleurs, dans les pays en développement, pour favoriser la croissance et aussi promouvoir le développement, ce qui aura pour effet de réduire la pauvreté.
Tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement, un certain nombre de facteurs sociaux et économiques ont des répercussions négatives sur la transition vers l’âge adulte et le passage à la vie active. L’impact inégal de la mondialisation – ou l’inégal échange – fait également sentir ses effets sur la jeunesse du monde entier.

Le taux de chômage dans le monde a atteint 8 % en 2019

Le taux de chômage des jeunes est, dans toutes les régions du monde, plus élevé que la moyenne.
Selon la Banque Mondiale (BM), 93 millions de jeunes sont aujourd’hui privés d’emploi, soit 58 % de la population au chômage dans le monde. En l’absence d’un développement et d’une croissance économique soutenus, cette tendance devrait se poursuivre, voire s’aggraver, à cause de l’augmentation de la population.
Le chômage de longue durée fragilise les jeunes et peut donc les conduire à l’exclusion.
Le taux d’activité des jeunes a diminué, entre 1998 et 2014, de presque sept points. La principale raison en est que les jeunes sont de plus en plus nombreux à rester à l’écart du monde du travail, à cesser leur activité professionnelle, à prolonger leur formation ou leurs études ou à poursuivre leur scolarité.
Entre 2005 et 2016, le nombre d’étudiants poursuivant des études supérieures dans le monde a augmenté de 36 % et celui des élèves de 15 %.
Certaines catégories de population comme les jeunes travailleurs migrants, les jeunes soldats démobilisés, les jeunes issus de populations indigènes, les jeunes contaminés par le SIDA/VIH ou les jeunes handicapés sont plus exposées au risque de sous-emploi et de chômage que le restant de la population.

Une baisse visible dans la majorité des régions du monde

L’emploi des jeunes varie considérablement selon les régions. Très bonne nouvelle sur le front des offres d’emploi en Tunisie. L’OIT assure, dans son dernier rapport, que le taux de chômage dans le monde a retrouvé cette année son niveau d’avant la crise de 2010.
En Afrique, le taux de chômage devrait, selon l’Organisation Internationale du Travail, demeurer à 4. 2 % environ jusqu’en 2025.
La Banque africaine de développement préconise la création de 3. 9 millions d’emplois par mois d’ici 2025 – afin de maintenir des taux de chômage constants. Plus de 120 postes sont actuellement ouverts au PNUD pour les Africains.
Les offres d’emploi en Afrique sont publiées sur le ‘portail de l’emploi’ du gouvernement fédéral.

Read More »

Comment investir dans un bon placement ?

Posted by on Juil 19, 2019 in Economie

Comment investir dans un bon placement ?

Trouver un bon investissement peut se révéler un peu délicat surtout qu’il existe un grand nombre de possibilités et de produits différents. Toutefois, il est essentiel de faire attention parce que la rentabilité de certains produits financiers est parfois incertain. Plusieurs personnes réalisent ainsi des choix qui sont très souvent catastrophiques. Selon le conseiller en investissement au sein de la société de gestion A Plus Finance, il est important que l’investisseur, avant de faire son choix de placement, prend en considération sa situation, son objectif et son budget.

 

Le financement de son matériel

Afin de réussir à financer son matériel, il existe différentes pD’après le chargé de l’investissement chez A Plus Finance, la société de gestion indépendante, il est possible de financer son matériel grâce à un apport personnel. En effet, il s’agit d’un montant qui est destiné à l’investissement qui peut provenir soit d’une épargne personnelle et soit d’un argent perçu lors d’une revente.
Autofinancer son matériel est l’un des meilleurs moyens de garantir une partie du capital de votre entreprise.
Néanmoins, il est important de savoir que l’apport personnel peut se situer entre 20 et 35 % de l’achat, selon la rentabilité attendue du bien et le montant.
Il est aussi important de ne pas investir toutes vos économies pour pouvoir réagir rapidement en cas d’un problème de trésorerie.
En outre, il est aussi possible de financer son matériel grâce à un prêt bancaire classique. Afin de pouvoir financer son matériel grâce à un prêt, l’entrepreneur doit s’adresser à des banques ou avoir recours à un prêt de création de société sans garantie. Selon le prix d’acquisition du bien, le remboursement de ce prêt peut prendre entre 10 et 3 ans.
Si l’entrepreneur s’adresse à une banque, celle-ci peut lui demander des garanties pour assurer le recouvrement et le paiement de sa créance. Il peut donc proposer comme garantie des biens professionnels en priorité. Néanmoins, une autre personne peut se porter garant pour l’entrepreneur et s’engage à rembourser son prêt si l’entrepreneur ne le fait pas.

Financer son matériel grâce à un crédit bail

Le crédit-bail constitue une alternative très intéressante qui est de plus en plus utilisée pour l’achat de matériel.
Ce type de méthode, consiste à sélectionner le matériel dont vous en avez besoin et de l’avoir en location durant une période bien déterminée. Au terme du contrat, l’entrepreneur peut soit acheter le bien soit de prolonger sa location d’un an maximum ou de juste restituer le bien.

Read More »

Guide des SCPI : pourquoi investir dans une SCPI ?

Posted by on Juil 2, 2019 in Economie

Guide des SCPI : pourquoi investir dans une SCPI ?

La société civile de placement immobilier est un dispositif d’investissement tout terrain, qui peut répondre à différents objectifs, que ce soit pour les investisseurs professionnels que particuliers.

Comment investir dans l’immobilier autrement ?

Proposée et gérée par des sociétés de gestion comme A Plus Finance, la société civile de placement immobilier forme une opportunité pour que les investisseurs puissent diversifier leurs placements dans l’immobilier. En effet, à l’instar de l’immobilier locatif détenu en direct, la société civile de placement immobilier permet à l’investisseur d’accéder au placement immobilier qui est plus stable, plus rentable et beaucoup moins risqué tout en apportant une diversification des biens.
Contrairement aux investissements financiers qui ont besoin de payer comptant, investir dans l’immobilier que ce soit directement ou dans la pierre papier peut se faire par des crédits bancaires. Ainsi, une fois, le crédit est payé, les revenus mensuels seront empochés directement par l’investisseur. En outre, il est possible de revendre les parts avec une éventuelle plus-value.

Encaisser immédiatement des revenus réguliers

A Plus Finance, la société de gestion qui se présente comme spécialiste du capital développement mais également de la multigestion des patrimoines, propose la souscription dans des parts de société civile de placement immobilier. Ce type de société disposant déjà d’un parc immobilier qui est déjà fonctionnel, peut permettre à l’investisseur de toucher directement ses premiers revenus dans les quatre premiers mois de son souscription. Ce type d’investissement constitue une solution efficace pour les contribuables qui cherchent un complément de revenus rapidement afin de doper le revenu de sa retraite par exemple.
En outre, profiter d’un revenu régulier, peut permettre à certains investisseurs de financer différentes sortes de dépenses comme les études supérieures des enfants.

Profiter des avantages fiscaux

Investir dans les sociétés civiles de placement immobilier permet d’alléger ses impôts. En effet, l’avantage fiscal est quasiment immédiat, puisqu’il prend effet la même année de la souscription.
Il est important de noter qu’il est possible d’acquérir des parts de SCPI durant décembre 2017 afin de profiter des avantages fiscaux sur le revenu de 2017.
En outre, l’atout majeur d’investir dans la société civile de placement immobilier est la gestion locative des différents biens qui est assuré par une société de gestion.

Read More »

Comment réussir son investissement en ayant un gros budget ?

Posted by on Juin 28, 2019 in Economie

Comment réussir son investissement en ayant un gros budget ?

Il existe en France plusieurs types de placements, dont chacun convient aux différentes situations d’investisseur. En effet investir dans un placement peut comporter des risques de perte. Selon l’équipe d’expert en investissement au sein de la société de gestion A Plus Finance, afin de réussir son investissement il est judicieux de bien choisir le placement qui correspond le plus aux objectifs, situation ainsi que le budget de l’investisseur.

Où investir quand vous avez un budget important ?

Selon la société de gestion spécialisée dans les investissements PME, si l’épargnant a décidé d’investir, il doit miser des montants dont il peut s’en passer durant toute la période d’investissement. Il est important de rappeler que plus l’horizon d’investissement est long, plus l’investisseur augmente ses chances d’avoir un rendement élevé.
L’investisseur peut opter de percevoir tous les ans des dividendes des différents fonds, comme il peut choisir de le réinvestir une nouvelle fois ses plus-values, afin d’augmenter son rendement.

Diversifier son investissement

Afin de limiter les risques de perte, l’investisseur peut choisir de diversifier ses placements. En outre selon les professionnels dans l’investissement, il est recommandé de répartir les investissements dans le temps. En effet, si l’investisseur dispose d’une grosse somme, il vaut mieux le répartir dans le temps afin de limiter les risques. L’investisseur peut répartir son capital en parts égales qu’il investit durant les douze mois de l’année.

Les investissements à terme

Un investissement à terme est un placement qui possède une durée fixe. Par conséquent l’investisseur peut disposer à nouveau de son argent au terme de la période convenue. La somme de souscription est également fixée. Ce type d’investissement varie de quelques centaines d’euros à 10 000 euros.
La somme investie est protégée par un système de garantie de dépôt à hauteur de 100 000 euros par personne.

Les Obligations

Investir dans les obligations émises par les sociétés ou les banques est très intéressant pour les investisseurs particuliers. Si les obligations sont émises par l’État, on parle d’obligations de gouvernement. Si l’investisseur opte d’investir dans ce type d’obligation, l’émetteur peut accéder à un prêt de la part qui s’engage à verser les intérêt et de rembourser le capital à l’échéance finale. L’obligation génère un rendement qui est déterminé. Par conséquent l’investisseur sait au préalable ce que le placement va rapporter.

Read More »

SOFICA : principe et réduction d’impôt

Posted by on Juin 20, 2019 in Economie

SOFICA : principe et réduction d’impôt

Les SOFICA, créées par la loi du 12 août en 1982, sont des sociétés anonymes collectant des fonds privés pour financer la production audiovisuelle et cinématographique. Ce mécanisme permet aux souscripteurs de parts – que ce soit des professionnels ou des particuliers – de bénéficier d’une réduction d’IR (impôt sur le revenu) substantielle. Leur durée de vie maximale est de 15 ans.
Pour rappel : seules les sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel agréées par le Ministère des Finances et de l’économie peuvent solliciter les investisseurs. Les souscriptions démarrent généralement en octobre. Donc les demandes d’agrément doivent se faire au plus tard au début de l’été.
C’est le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) qui fixe le montant de la collecte autorisée pour chaque entreprise en accord avec la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Généralement, une souscription minimale de 8 000 euros est demandée. Les droits d’entrée sont négociables. Les frais de gestion tournent autour de 3.6 à 4.2 % par an. Ceux-ci sont facturés tous les ans. Aucune pénalité – sanctions applicables à un délit fiscal – n’est prévue lors de la sortie. La durée de détention maximale des parts est de 10 ans sauf décès de l’un des partenaires du PACS. Dans le cas où cette période n’est pas respectée, l’avantage fiscal – réduction d’IR – est remis en cause.

Fiscalité des SOFICA

L’investissement dans une SOFICA donne droit à une minoration d’impôt allant de 49 % à 63 % du montant des versements nets. Cette minoration peut atteindre 70 % si l’entreprise consacre 15 % au moins de ses investissements à l’exportation des œuvres françaises à l’étranger ou à la réalisation de séries.
Les sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel bénéficient d’un plafonnement au titre des niches fiscales – dépenses fiscales ou dérogations fiscales – plus généreux que d’ordinaire : 25 millions d’euros. Néanmoins, un redevable ne peut pas investir plus de 35 % de son revenu global net dans ce dispositif de défiscalisation.
Pour rappel : la durée de conservation des parts de SOFICA est très longue – sept ans au moins – et rentabilité réduite.
Le principal atout de ces sociétés est de permettre une défiscalisation substantielle et immédiate étant donné que le montant minimal de la minoration d’impôt peut atteindre 9 500 euros. Les plus-values comme les revenus sont soumis à la fiscalité des valeurs mobilières.
Réduisez vos impôts avec la SOFICA A Plus Image 7 – fondée par la société A Plus Finance -.
Accessible dès 3 500 euros, celle-ci vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel tout en profitant de l’expertise de gestion de la société A Plus Finance :
– les personnes morales – entité dotée de la personnalité juridique – passibles de l’impôt sur les entreprises, peuvent faire l’objet d’un amortissement exceptionnel de 65 % dès l’année de réalisation de l’investissement
– pour les personnes physiques : minoration d’impôt de 42 % de l’IR global imposable dans la double limite de 25 millions d’euros par foyer fiscal et de 32 % de leur revenu net global.

Read More »