Comment favoriser l’emploi des jeunes ?

Posted by on Déc 30, 2020 in International

Comment favoriser l’emploi des jeunes ?

La question du chômage est un fléau pour plusieurs pays qu’ils soient très industrialisés, comme l’Italie et quelques autres pays européens, ou qu’ils soient en développement, comme nombre de pays de l’Afrique (à savoir le Togo, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, le Congo-Brazzaville, le Bénin, le Niger, etc.). Le chômage reste aujourd’hui un problème primordial pour les pays jeunes démographiquement, notamment les pays du continent africain, comme pour les pays ayant déjà accompli leur transition démographique depuis longtemps.
Selon David Malpass, le président du groupe de la Banque Mondiale, les conséquences du chômage sont ainsi majeures sur le plan politique, social, et économique, alors, tout simplement sur la stabilité d’un pays. “Plus qu’un problème d’employabilité, le problème principal est celui de l’insuffisance de l’offre d’emploi au Congo Brazzaville dans notre économie”, ajoute-t-il.

Il est important de rappeler que le chômage des jeunes diplômés en Afrique est aussi important que celui du reste de la jeunesse. La crise de l’emploi persistante en Afrique exige donc des politiques d’emploi beaucoup plus efficaces.
Les gouvernements africains se sont ainsi ingéniés à lancer, les uns après les autres, leur disposition afin de favoriser l’insertion professionnelle des moins de trente ans. “Favoriser l’emploi des jeunes, c’est encourager leur capacité créatrice et leur sens de l’initiative”, a ajouté Denis Sassou-Nguesso, offres d’emploi au  Congo-Brazzaville.

Formation qualifiante et alternance efficace

La question de la formation est capitale. Il faut donc rapprocher le monde de l’entreprise du monde de l’éducation. Et pour cela, la meilleure solution, c’est l’alternance.
Cela doit assurément conduire à donner la priorité à l’emploi des jeunes diplômés. Soutien aux initiatives des jeunes, mobilisation des emplois dans les secteurs productifs, formation et éducation, cela nécessite des ressources, privées et publiques.
La situation des jeunes africains est le fruit d’une politique débouchant sur leur stigmatisation économique et sociale, à laquelle il est urgent de tourner le dos. Il faut agir pour lutter contre le décrochage scolaire, agir pour élever le niveau de qualification des jeunes pas ou peu qualifiés, et maintenir les autres en formation pour approfondir leur qualification. La qualification est ainsi le meilleur rempart (ou encore bouclier) contre le risque de chômage.

Read More »

“L’employabilité des jeunes est clé”

Posted by on Déc 30, 2020 in International

“L’employabilité des jeunes est clé”

L’accès à l’emploi, la formation et l’éducation sont de formidables leviers de réduction des vulnérabilités, de mobilité sociale et d’émancipation des personnes. Ces leviers favorisent la cohésion sociale et l’émergence de la citoyenneté, et contribuent à la construction de valeurs communes. Ils sont une des conditions pour construire des économies vertes, à la fois prospères et sobres, et un monde durable. “Aucun changement rapide des comportements et des modes de production et de consommation n’est possible sans formation et sans éducation”, a ajouté Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo Brazzaville.

Au plan économique, la formation et l’éducation sont des investissements incontournables pour faciliter la mobilité professionnelle et pour construire des économies inclusives, innovantes et compétitives. Des programmes intégrant des soutiens aux sociétés qui embauchent des jeunes peuvent ainsi être efficaces pour stimuler l’emploi des jeunes. La conception est toutefois primordiale.

Le taux de chômage en forte augmentation au troisième trimestre 2020

La crise économique mondiale a renforcé la nécessité de tripler d’efforts pour offrir aux jeunes l’aide et les compétences dont ils ont vraiment besoin afin de progresser dans leur carrière et démarrer dans la vie active. L’accroissement des taux de sous-emploi et de chômage des jeunes résulte d’obstacles structurels de longue date qui empêchent plusieurs jeunes, dans les pays émergents et les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de réussir le passage de l’université à la vie active. Cependant, il existe aujourd’hui dans tous les pays du monde un groupe de jeunes confrontés à un risque significatif d’exclusion sociale, à des emplois de qualité médiocre, et à un chômage persistant et élevé. Donc, l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi est essentielle non seulement pour leur bien-être et leurs perspectives d’emploi, mais également afin de renforcer la cohésion sociale, l’égalité et la croissance économique.
Dans plusieurs pays, notamment africains, le défi le plus urgent consiste essentiellement à remédier à l’accroissement brutal du chômage des jeunes.
En effet, les dispositions mises en œuvre dans le domaine du développement des compétences professionnelles et techniques dans les pays africains portent sur divers aspects. En ce qui concerne les mesures en cours ou en projet pour favoriser la création d’offres d’emploi au Congo Brazzaville, il faut mentionner : les politiques de développement économique des régions, les politiques de développement du secteur privé, les moyens incitatifs afin d’encourager les sociétés à embaucher des jeunes et le renforcement des compétences professionnelles des acteurs économiques.

Read More »

Congo-Brazzaville : le pays vise à promouvoir les investissements grâce à la nouvelle stratégie mise en place

Posted by on Déc 29, 2020 in International

Congo-Brazzaville : le pays vise à promouvoir les investissements grâce à la nouvelle stratégie mise en place

Le 7 décembre dernier, un document contenant une centaine de pages a été validé par des professionnels et des experts au Congo-Brazzaville. Ce document présente le potentiel du pays dans les secteurs du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, de l’économie de transit et de la filière forestière, ainsi que les atouts humains et institutionnels qui se trouvent dans le pays. L’objectif de ce document est de présenter une nouvelle stratégie visant à promouvoir les investissements dans la République du Congo. De tels projets permettraient certainement la création de nouvelles offres d’emploi au Congo-Brazzaville, luttant ainsi activement contre la pauvreté et le chômage.

Promotion des investissements au Congo-Brazzaville

Selon les médias congolais la nouvelle stratégie de la promotion des investissements mise en place par le gouvernement souligne les efforts multiples qu’effectuent les autorités afin de pouvoir améliorer le climat des affaires dans le pays. En effet, ce projet s’inscrit dans le cadre de 2 stratégies majeures mises en place au Congo qui sont le Projet d’appui au climat des investissements et à la gouvernance sectorielle forêt/bois, ainsi que le Projet d’appui au développement des entreprises et la compétitivité. Il est important de signaler que ces deux projets sont financés respectivement par la Banque africaine de développement et par la Banque mondiale.

Conséquences de la propagation du Covid-19

Il est essentiel de mentionner que l’économie congolaise s’est retrouvée sous le double choc de la crise sanitaire causée par la propagation du Coronavirus, mais aussi à la baisse des cours du pétrole. C’est pour cette raison que l’économie du pays a eu besoin d’attirer d’autres investissements essentiellement étrangers afin de renouer avec la croissance.

Selon les derniers chiffres révélés, le taux de croissance du Congo-Brazzaville, entre 2016 et 2020 se situe à 4.12 % en moyenne annuelle. Durant la même période l’investissement privé (ménages et entreprises) a enregistré une croissance de -4.36 % tandis que l’estimation de la contribution du secteur privé formel à l’emploi est de 30 %.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Économie, de l’Industrie et du portefeuille public, Raymond Dirat, lors de l’ouverture des travaux de l’atelier national de validation de la stratégie de promotion des investissements, a assuré que le secteur privé a un poids important dans la relance économique. Ce type de stratégie permettrait aux entrepreneurs étrangers et locaux de participer au rassemblement des ressources nécessaires à la production des services et des biens.

Read More »

Les traders et le FMI à la rescousse de l’économie du Congo-Brazzaville

Posted by on Déc 28, 2020 in International

Les traders et le FMI à la rescousse de l’économie du Congo-Brazzaville

Selon les derniers chiffres publiés au média, l’économie congolaise a marqué une chute de 8.6 % durant cette année, et ce, malgré le retour de l’aide du FMI et la restructuration de la dette avec la Chine. Cette chute n’est pas seulement causée par la propagation de la pandémie du Coronavirus, mais aussi à cause de la baisse du coût du pétrole.

 

La santé économique du Congo-Brazzaville

 

Dépendant essentiellement au cours du baril de brut, la santé économique du Congo-brazzaville n’est pas au beau fixe. Toutefois, le FMI assure qu’il apportera tout son soutien à ce pays dont la jeunesse constitue un vrai potentiel. En effet, le gouvernement a assuré qu’il misera sur sa jeunesse en proposant plusieurs offres d’emploi au Congo-Brazzaville, visant à développer plus, d’autres secteurs économiques comme l’agriculture et la santé.

Il est important de mentionner que la production pétrolière qui représente 60 % de son activité économique, elle constitue plus de 90 % des produits exportés au Congo-Brazzaville, et près de ⅔ de ses recettes budgétaires. En effet, la santé économique du Congo-Brazzaville dépend complètement du cours du baril de brut. C’est pour cette raison que suite à la chute du coût des produits pétroliers, l’économie du pays a été durement touchée.

Troisième producteur du continent de l’Afrique

Malgré sa position en tant que troisième producteur de pétrole dans le continent africain, le Congo-Brazzaville a enregistré une chute au niveau de sa santé économique, surtout en 2014 suite à l’effondrement des cours du pétrole.

Ainsi, le taux de croissance économique des pays de la Cemac a enregistré une baisse considérable surtout avec les conséquences économiques qu’a causé la propagation de la pandémie virale dans la région. Le taux de croissance de la Cemac, en 2020 a enregistré -8.6 %. Une chute qui a touché l’économie congolaise. Toutefois, le gouvernement s’est mobilisé afin de mettre fin à cette chute enregistrée, en encourageant sa jeunesse de se tourner plus vers d’autres secteurs comme la santé, l’agriculture et le commerce.

Afin d’éviter le pire, les autorités congolaises ont mis en place plusieurs réformes. Ses multiples efforts méritoires ont permis le redressement des déficits budgétaires en réduisant la dette extérieure. Grâce à une meilleure surveillance des dépenses, le gouvernement a pu dégager en 2019 un excédent budgétaire de plus de 8.8 %.

En outre, les offres d’emploi au  Congo-Brazzaville a tenu à renégocier une restructuration des avances et des prêts sur la production pétrolière avec Pékin, tout en négociant avec les différentes sociétés pétrolières comme Trafigura, Glencore et Orion.

Read More »

Ramadan 2020 : le CFCM donne des recommandations pour profiter du mois du jeûne tout en respectant le confinement

Posted by on Avr 1, 2020 in International

Le 28 mars dernier, le Conseil français du culte musulman a publié des recommandations pour les citoyens musulmans afin de mieux vivre le mois de ramadan 2020 durant la période de confinement.

Malgré que les mosquées en France resteront fermées aussi longtemps que la situation demande, les musulmans ne sont pas exemptés de jeûner le mois saint pour autant.

Le mois du jeûne au temps du coronavirus

Le mois d’avril de cette année est assez chargé de fêtes religieuses dont la semaine sainte pour les juifs et les catholiques ainsi que la Pâques juive. Pour les musulmans aussi, le calendrier est aussi important vu que le mois saint en Islam, le mois de Ramadan 2020 devrait débuter aux alentours du 23 avril prochains.

Selon le Conseil français du culte musulman, d’après les autorités sanitaires en France, le confinement qui est dû à la crise de la maladie du Coronavirus risque de se prolonger durant plusieurs semaines englobant ainsi le mois de jeûne en Islam.

Le Conseil a par ailleurs invité les musulmans en France, de respecter toutes les mesures de sécurité sanitaire mises en place par le gouvernement, et ce même durant le mois de ramadan.

Le mois de jeûne

Constituant le 4 e pilier en islam, jeûner le mois de ramadan, est pratiqué par plusieurs pratiquants musulmans en France. En effet, d’après les derniers chiffres publiés par l’Insee, en France prés de 5 millions de musulmans affirment pratiquer le mois de ramadan. Dans le monde, c’est prés de 1.5 milliards de personnes affirment être concernées par le jeûne du mois saint en Islam.

Durant le mois de ramadan, les musulmans doivent pratiquer le jeûne de l’aube jusqu’au coucher du soleil. La date du début du mois de ramadan 2020, comme toute les années continue d’avancer de prés de 11 jours d’une année à une autre. Les journées donc tant à se rétrécir par rapport à l’été, rendant la privation de boisson et de la nourriture de plus en plus facile.

Read More »

Les idées reçues en Islam

Posted by on Jan 9, 2020 in International

Les idées reçues en Islam

La deuxième religion au monde est sujette à plusieurs rumeurs et fausses interprétations. Grâce à l’intervention de Malek Chebel, l’Anthropologue spécialiste dans la religion musulmane, vous aurez la réponse adéquate à toutes les idées reçues.

Les fidèles prient vers la Mecque

Les fidèles doivent effectuer leur prière 5 fois par jour. En effet, depuis l’époque du Messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu soient sur lui), les fidèles se tourne vers la Mecque afin de prier : c’est faux.
D’après les savants en Islam, c’est la troisième ville sainte en Islam, Jérusalem, qui a constitué la première qibla en Islam, servant d’endroit vers lequel s’orientent tous les fidèles lors de leur prière.
Jérusalem a pu occuper cette fonction durant les 18 premiers mois entre l’année 622 et 624 avant que la Mecque devienne la qibla.
Il est important de rappeler que lors de sa célèbre montée au ciel, le messager de Dieu avait comme seule étape terrestre de faire la prière au niveau de l’actuel Dôme du Rocher à Jérusalem. C’est dans cet endroit qui a pu faire sa dernière prière avant de s’élancer dans son ascension au septième ciel.
Néanmoins, que le fidèle prie vers la Mecque ou vers Jérusalem, qu’il prie couche, assis ou debout, sur une barque dans un avion ou à cheval, l’important est qu’il décide de prier en étant convaincue de vénérer Dieu. Comme c’est mentionner au Coran sourate Al Baqara verset 109.

La femme en Islam n’a aucun droit

Très souvent décrite comme un individu qui est soumis à l’autorité du père, de l’oncle, de l’époux, la femme paraît ne pas avoir de droit en Islam, et interdit d’être scolarisée : c’est faux.
En islam la femme est l’égale de l’homme. En effet, le livre saint en Coran, ne s’adresse quasiment jamais seulement aux hommes sans leur associer les femmes. Ayant les mêmes devoirs et responsabilité ainsi que les mêmes avantages, les deux sont considérés égales. Par conséquent la femme à tous les droits tout comme l’homme.

Read More »