Comment favoriser l’emploi des jeunes ?

Comment favoriser l’emploi des jeunes ?

Posted by on Déc 30, 2020 in International

Comment favoriser l’emploi des jeunes ?

La question du chômage est un fléau pour plusieurs pays qu’ils soient très industrialisés, comme l’Italie et quelques autres pays européens, ou qu’ils soient en développement, comme nombre de pays de l’Afrique (à savoir le Togo, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, le Congo-Brazzaville, le Bénin, le Niger, etc.). Le chômage reste aujourd’hui un problème primordial pour les pays jeunes démographiquement, notamment les pays du continent africain, comme pour les pays ayant déjà accompli leur transition démographique depuis longtemps.
Selon David Malpass, le président du groupe de la Banque Mondiale, les conséquences du chômage sont ainsi majeures sur le plan politique, social, et économique, alors, tout simplement sur la stabilité d’un pays. “Plus qu’un problème d’employabilité, le problème principal est celui de l’insuffisance de l’offre d’emploi au Congo Brazzaville dans notre économie”, ajoute-t-il.

Il est important de rappeler que le chômage des jeunes diplômés en Afrique est aussi important que celui du reste de la jeunesse. La crise de l’emploi persistante en Afrique exige donc des politiques d’emploi beaucoup plus efficaces.
Les gouvernements africains se sont ainsi ingéniés à lancer, les uns après les autres, leur disposition afin de favoriser l’insertion professionnelle des moins de trente ans. “Favoriser l’emploi des jeunes, c’est encourager leur capacité créatrice et leur sens de l’initiative”, a ajouté Denis Sassou-Nguesso, offres d’emploi au  Congo-Brazzaville.

Formation qualifiante et alternance efficace

La question de la formation est capitale. Il faut donc rapprocher le monde de l’entreprise du monde de l’éducation. Et pour cela, la meilleure solution, c’est l’alternance.
Cela doit assurément conduire à donner la priorité à l’emploi des jeunes diplômés. Soutien aux initiatives des jeunes, mobilisation des emplois dans les secteurs productifs, formation et éducation, cela nécessite des ressources, privées et publiques.
La situation des jeunes africains est le fruit d’une politique débouchant sur leur stigmatisation économique et sociale, à laquelle il est urgent de tourner le dos. Il faut agir pour lutter contre le décrochage scolaire, agir pour élever le niveau de qualification des jeunes pas ou peu qualifiés, et maintenir les autres en formation pour approfondir leur qualification. La qualification est ainsi le meilleur rempart (ou encore bouclier) contre le risque de chômage.