Congo-Brazzaville : le pays vise à promouvoir les investissements grâce à la nouvelle stratégie mise en place

Le 7 décembre dernier, un document contenant une centaine de pages a été validé par des professionnels et des experts au Congo-Brazzaville. Ce document présente le potentiel du pays dans les secteurs du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, de l’économie de transit et de la filière forestière, ainsi que les atouts humains et institutionnels qui se trouvent dans le pays. L’objectif de ce document est de présenter une nouvelle stratégie visant à promouvoir les investissements dans la République du Congo. De tels projets permettraient certainement la création de nouvelles offres d’emploi au Congo-Brazzaville, luttant ainsi activement contre la pauvreté et le chômage.

Promotion des investissements au Congo-Brazzaville

Selon les médias congolais la nouvelle stratégie de la promotion des investissements mise en place par le gouvernement souligne les efforts multiples qu’effectuent les autorités afin de pouvoir améliorer le climat des affaires dans le pays. En effet, ce projet s’inscrit dans le cadre de 2 stratégies majeures mises en place au Congo qui sont le Projet d’appui au climat des investissements et à la gouvernance sectorielle forêt/bois, ainsi que le Projet d’appui au développement des entreprises et la compétitivité. Il est important de signaler que ces deux projets sont financés respectivement par la Banque africaine de développement et par la Banque mondiale.

Conséquences de la propagation du Covid-19

Il est essentiel de mentionner que l’économie congolaise s’est retrouvée sous le double choc de la crise sanitaire causée par la propagation du Coronavirus, mais aussi à la baisse des cours du pétrole. C’est pour cette raison que l’économie du pays a eu besoin d’attirer d’autres investissements essentiellement étrangers afin de renouer avec la croissance.

Selon les derniers chiffres révélés, le taux de croissance du Congo-Brazzaville, entre 2016 et 2020 se situe à 4.12 % en moyenne annuelle. Durant la même période l’investissement privé (ménages et entreprises) a enregistré une croissance de -4.36 % tandis que l’estimation de la contribution du secteur privé formel à l’emploi est de 30 %.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Économie, de l’Industrie et du portefeuille public, Raymond Dirat, lors de l’ouverture des travaux de l’atelier national de validation de la stratégie de promotion des investissements, a assuré que le secteur privé a un poids important dans la relance économique. Ce type de stratégie permettrait aux entrepreneurs étrangers et locaux de participer au rassemblement des ressources nécessaires à la production des services et des biens.