Le Royaume marocain met en avant l’intérêt des énergies renouvelables

Le Royaume marocain met en avant l’intérêt des énergies renouvelables

Posted by on Avr 10, 2017 in Divers

Le Royaume marocain met en avant l’intérêt des énergies renouvelables

Qui dit Maroc dit énergies renouvelables et projets verts. En effet, le Royaume marocain s’est investi depuis de nombreuses années dans les projets énergétiques afin de satisfaire ses besoins et de réduire ses importations énergétiques et pétrolières.

Grâce à l’implantation de différents projets solaires et aux investissements durables en faveur de l’énergie, le Maroc s’est forgé une bonne croissance économique et environnementale.

Depuis l’intronisation du Roi Mohammed IV il y a 17 ans, le Maroc met en avant l’intérêt des énergies renouvelables et leurs impacts sur l’investissement dans les projets verts.

« Notre pays jouit des atouts incontestables, à savoir sa position géographique stratégique entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, son climat privilégié et sa stabilité politique et économique… Affirme  le conseiller particulier du Roi Mohammed IV.

« Malgré la taille de son marché national qui est l’un des plus énormes en Afrique et le privilège de ses ressources naturelles et son ensoleillement, les sources énergétiques au Maroc restent encore sous-exploitées et demande des efforts plus considérables. ».

Plus de productions moins d’importations

Le Royaume marocain compte s’engager dans une stratégie éolienne, nécessitant un investissement de 1.6 milliards d’euros pour un total de mille cinq cent MW.

Le potentiel d’un tel programme est estimé par les experts à 26000 MW. On peut même dire que le vent est aussi important que le soleil pour assurer des sources d’énergie renouvelable au Maroc.

En suivant les grandes lignes de ce programme, le gouvernement ambitionne de couvrir en 2020 jusqu’à 45 % de ses besoins en s’appuyant sur les sources d’énergie renouvelable. Cette stratégie, permettre donc au Royaume de remplacer les importations qui couvrent aujourd’hui près de 97 % des besoins du pays. Bien que la consommation énergétique à base de pétrole, a une tendance à la baisse, le pétrole représente près de 65% de la consommation.

Il parait que la politique entamée en 2007 a commencé à montrer des résultats positifs. Il est-à-dire que la facture énergétique a diminué considérablement entre 2007 et aujourd’hui.

En 2007 la facture a été évaluée 70 milliards de dirhams pour arriver à cinquante milliards de dirhams en 2008.
Ce résultat peut être justifié également par la baisse de la consommation à la suite de la crise économique et ç la diminution du cours de pétrole.
Encore, le Royaume a opté pour l’application de l’heure d’été l’an dernier pour minimiser ses dépenses.