Les traders et le FMI à la rescousse de l’économie du Congo-Brazzaville

Selon les derniers chiffres publiés au média, l’économie congolaise a marqué une chute de 8.6 % durant cette année, et ce, malgré le retour de l’aide du FMI et la restructuration de la dette avec la Chine. Cette chute n’est pas seulement causée par la propagation de la pandémie du Coronavirus, mais aussi à cause de la baisse du coût du pétrole.

 

La santé économique du Congo-Brazzaville

 

Dépendant essentiellement au cours du baril de brut, la santé économique du Congo-brazzaville n’est pas au beau fixe. Toutefois, le FMI assure qu’il apportera tout son soutien à ce pays dont la jeunesse constitue un vrai potentiel. En effet, le gouvernement a assuré qu’il misera sur sa jeunesse en proposant plusieurs offres d’emploi au Congo-Brazzaville, visant à développer plus, d’autres secteurs économiques comme l’agriculture et la santé.

Il est important de mentionner que la production pétrolière qui représente 60 % de son activité économique, elle constitue plus de 90 % des produits exportés au Congo-Brazzaville, et près de ⅔ de ses recettes budgétaires. En effet, la santé économique du Congo-Brazzaville dépend complètement du cours du baril de brut. C’est pour cette raison que suite à la chute du coût des produits pétroliers, l’économie du pays a été durement touchée.

Troisième producteur du continent de l’Afrique

Malgré sa position en tant que troisième producteur de pétrole dans le continent africain, le Congo-Brazzaville a enregistré une chute au niveau de sa santé économique, surtout en 2014 suite à l’effondrement des cours du pétrole.

Ainsi, le taux de croissance économique des pays de la Cemac a enregistré une baisse considérable surtout avec les conséquences économiques qu’a causé la propagation de la pandémie virale dans la région. Le taux de croissance de la Cemac, en 2020 a enregistré -8.6 %. Une chute qui a touché l’économie congolaise. Toutefois, le gouvernement s’est mobilisé afin de mettre fin à cette chute enregistrée, en encourageant sa jeunesse de se tourner plus vers d’autres secteurs comme la santé, l’agriculture et le commerce.

Afin d’éviter le pire, les autorités congolaises ont mis en place plusieurs réformes. Ses multiples efforts méritoires ont permis le redressement des déficits budgétaires en réduisant la dette extérieure. Grâce à une meilleure surveillance des dépenses, le gouvernement a pu dégager en 2019 un excédent budgétaire de plus de 8.8 %.

En outre, les offres d’emploi au  Congo-Brazzaville a tenu à renégocier une restructuration des avances et des prêts sur la production pétrolière avec Pékin, tout en négociant avec les différentes sociétés pétrolières comme Trafigura, Glencore et Orion.