L’introduction en Bourse, un levier de croissance et une nouvelle vie pour l’entreprise

L’introduction en Bourse, un levier de croissance et une nouvelle vie pour l’entreprise

Posted by on Nov 29, 2018 in Economie

L’introduction en Bourse, un levier de croissance et une nouvelle vie pour l’entreprise

 

Levée de fonds : qu’est-ce qu’un business angel ?

Lorsque l’entreprise est créée et que les créateurs recherchent des fonds pour financer la première étape de la croissance, les business angels peuvent être sollicités. Un business angel (investisseur providentiel) est un particulier (souvent un cadre dirigeant, entrepreneur, cadre d’entreprise) qui investit une petite part de son patrimoine (40 ou 50 %) dans une société innovante (start-up). Ce sont souvent des dirigeants d’entreprises, pour la plupart en activité, qui investissent essentiellement dans les entreprises en phase de création. Les business angels peuvent prendre des participations pour des montants allant de quelques dizaines de milliers d’euros à 600 000 millions d’euros (lorsqu’ils se regroupent à plusieurs).

Le capital amorçage

La jeune entreprise à potentiel dont le projet nécessite un temps de recherche et de développement important avant la mise sur le marché d’un produit ou d’un service pourra faire appel aux fonds d’amorçage. Le financement doit servir à financer des recherches pour valider une technologie ou à finaliser un projet en cours d’élaboration. Les fonds d’amorçage sont spécialisés dans le financement des projets à contenu technologique. Ils peuvent prendre des participations en fonds propres pour des montants compris entre 400 000 et cinq millions d’euros.

Le capital-risque

Le capital-risque s’adresse à des entreprises dont le projet est déjà avancé, et dont la mise sur le marché du produit ou de service est réalisée ou proche. Le capital-risque regroupe les financements de post-création (par exemple, une fois que le développement d’un produit est achevé, pour assurer le démarrage de la production et la commercialisation) ou de création (start-up). Ce type de financement concerne essentiellement des sociétés qui ont un profil technologique et qui innovent dans les premières années de leur existence. Les prises de participations des fonds de capital-risque s’échelonnent de deux à trente millions d’euros (voire davantage, dans le cas d’activités très gourmandes en capitaux).

Quels organismes ?

Le capital-risque est mis en œuvre par : des fonds d’amorçage, par des sociétés de capital-risque et par l’intermédiaire de FIP (Fonds d’Investissement de Proximité), de FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation), de FCPR (Fonds Communs de Placement à Risques) qui sont, comme tous les FCP, des véhicules financiers gérés par une société de gestion de portefeuille ad hoc.
La société de gestion de portefeuille “A Plus Finance” accompagne les PME déjà établies dans leurs activités. Elle gère des fonds de Private Equity (non coté). A Plus Finance s’appuie sur une équipe de 40 professionnels dédiés à l’investissement.

Le capital-développement et l’introduction en Bourse

Par la suite, lorsque l’entreprise a fait la preuve de son potentiel de rentabilité, mais que des moyens supplémentaires sont requis pour financer le développement de l’activité, deux solutions sont possibles : faire appel aux fonds de capital-développement ou recourir aux marchés financiers à travers l’introduction de la société en Bourse. Les capitaux seront employés pour financer l’augmentation de ses capacités de production ou pour des acquisitions éventuelles. Ces solutions peuvent être envisagées lorsque les besoins de financement sont importants (huit millions d’euros ou plus).